Le quartier de Westminster, le charme anglais…


…Ou comment s’apercevoir que le charme anglais, c’est aussi absurde parfois.

Mardi 12 décembre 2017

11h passé : il fait froid, mais beau. Et pour l’instant, c’est tout ce qui compte. Le but de cette journée est de découvrir les spots touristiques mais un peu incontournables de Londres : Westminster et Big Bend, ainsi que Buckingham Palace. On commence donc par longer les quais de la Tamise pour remonter vers Westminster et son magnifique Parlement. Déjà, on en a plein la vue. L’architecture gothique est à couper le souffle. Big Bend est malheureusement en cours de restauration. On ne perçoit que sa forme, dissimulée sous les échafaudages. On traverse la moitié du pont  de Westminster pour avoir le point de vue mythique (mais sans l’horloge…). En revenant vers le Parlement, on croise un groupe de manifestants qui hurle « Stoooooop Brexiiiiiit ! ». Ils sont cinq, ou six, et agitent drapeaux et banderoles, désespérément.

DSC_0411DSC_0402DSC_0397

On continue notre visite en passant devant Buckingham Palace. Le meilleur spectacle, c’est indéniablement les deux gardes. Soyons honnêtes : c’est juste moi où leur costume et leur chorégraphie, aussi traditionnels et patrimoniaux qu’ils puissent être, sont vraiment, complètement ridicules ? C’est sûrement notre puérilité absolue de glandus confirmés, mais n’empêche qu’on ne peut pas se retenir de rire. OK, il faut l’avouer, sans eux, Londres serait tout de suite moins british… et moins fun. Comme dans un zoo, des dizaines de personnes se massent contre les grilles pour observer ce ballet régulier et tenter d’apercevoir un membre de la famille royale.

DSC_0414DSC_0415

DSC_0417

On continue notre route en traversant le Green Park. On déboule sur Knightsbridge au coin sud-est de Hyde Park, le plus grand parc du centre-ville de Londres. En longeant le parc, on s’aperçoit déjà à quel point nous sommes sous le charme de la ville : les bus et les taxis (ça, c’est normal), mais aussi les gens, leur allure, leur décontraction et l’espace, l’impression de pouvoir marcher à quatre l’un à côté de l’autre sur le même trottoir sans gêner… La ville nous paraît plutôt propre : pas de trace de vieux chew-gum par terre ou d’emballage McDo traînant le long de la chaussée. Mais nous sommes en plein cœur de la ville, dans l’une des zones les plus chics et les plus renommées.

DSC_0419

DSC_0395
Un lord anglais tout droit sorti d’un taxi anglais. So British !

DSC_0447

On croise une sculpture complètement WTF. Nous avons tenté une description : une sorte de magicien au chapeau pointu qui soulève un éléphant par la trompe. Nous on n’a rien contre. Ce qu’il y a de sûr cependant, [alerte instant glandu] c’est qu’on a passé dix bonnes minutes à chercher comment traverser la rue, coupée par une route perpendiculaire et interdite d’accès par de multiples barrières. Franchir ces barrières est impensable au vu de la largeur de la route : quatre voies où circulent sans discontinuer et à toute vitesse une masse de véhicules. Il y aurait eu une coulée de lave à la place, les chances de survie auraient été sensiblement les mêmes. Au bout d’un moment (long pour ainsi dire), on comprend que la bouche d’entrée vers le sous-sol juste à côté de nous n’est en fait pas un métro mais le passage qui permet de passer de l’autre côté.
OK. Nuls un jour, nuls toujours.

DSC_0423
Magnifique sculpture en question…

Il est presque 13h : on passe devant une chaîne de bouffe qu’on voit partout à Londres le : « Prêt à manger ». J’avais noté dans mon guide que c’était un endroit assez sympa où on mange pour pas cher, même si c’est loin d’être de la haute gastronomie. Le principe, comme l’indique le nom de la chaîne, est que la nourriture est en libre service, prête à être mangée quoi. Les prix sont effectivement abordables, mais le choix est assez limité : des sandwichs ou des soupes dans des gobelets (qu’on n’a pas osé tester), des chips et quelques desserts. On prend un sandwich au bacon et moi un expresso catégoriquement dégueu. Sans le faire exprès, on s’installe à côté d’une maman française et de ses deux filles.

Très vite, on se remet en marche. Prochaine étape : le Natural History Museum.

 

279dd6f6-466a-4dfa-8056-7cb355fc1a19