Impressions londoniennes.

EPILOGUE : we love London.

En décembre 2017, nous avions décidé de partir quelques jours à Londres, sur un coup de tête. Nous n’avions jamais voyagé en autonomie ; c’était donc un peu le test. Je vous livre ici le bilan de ces quelques jours passés dans la capitale britannique. 

C’était… trois (ou quatre) jours à Londres. Quatre journées très intenses où nous aurons enchaîné de nombreuses visites et marché près de 25 kilomètres. Sans parler de l’angoisse de notre voyage à l’aller… Un séjour fort en émotions, donc.

A notre retour en France, je ne vous cache pas que nous nous sommes littéralement rués sur la première boulangerie venue, et qu’à peine après avoir franchi le seuil de notre appartement, nous nous sommes lamentablement effondrés sur notre matelas pour y dormir tout l’après-midi. Pourtant, depuis que nous sommes rentrés, nous ne pensons qu’à une chose : revoir Londres. Je pense que nous en sommes certainement un peu tombés amoureux.

En voici les quelques raisons…


Les 6 aspects de Londres qui ont ravi notre coeur durant ce séjour…
1 – Les rues et l’architecture londonienne

DSC_0446Nous sommes complètement tombés sous le charme de l’architecture anglaise : aucune rue de Londres ne nous a paru moche, même un tout petit peu. Si nous avons apprécié nous balader sur les grandes avenues telles que Oxford Street, Park Street, Regent Street ou encore Picadilly Circus, il était tout autant plaisant de s’attarder dans les petites rues résidentielles aux grandes maisons victoriennes. Et bien entendu, nous avons adoré découvrir la plupart des monuments célèbres qui permettent à eux seuls d’avoir un aperçu des différents styles architecturaux que l’on peut croiser à Londres : l’abbaye de Westminster, le Natural History Museum, la gare Saint Pancras, la St Paul’s Cathedral, the Shard, pour ne citer qu’eux…

2 – La magie de Noël

DSC_0536Malgré le froid de canard et la tempête Ana qui aura retardé notre départ d’un jour, nous ne regrettons en rien notre choix de partir en plein hiver : Londres est magnifique en cette période de Noël. Les illuminations, les marchés, les patinoires un peu partout, l’ambiance : tout y était magique. C’était vraiment à voir. On se dit malgré tout quela prochaine fois qu’on y retournera, ce sera au mois de juin. C’est bien aussi… le mois de juin.

3 – Le pays de Harry

DSC_0500C’est ce qui a initié ce voyage : me rendre aux studios Harry Potter était l’un de mes plus grands rêves. Etant donné que j’ai été baignée toute mon enfance et adolescence dans les bouquins et films Harry Potter, je ne pouvais sûrement pas manquer cette étape. Le musée a été à la hauteur de mes attentes, même si la visite est selon moi beaucoup trop courte (« Comment ?? On ne peut pas dormir dans la cabane de Hagrid ?? »).  Et puis, bien entendu, j’en ai profité pour aller voir deux ou trois autres petits lieux de tournage à Londres : les gares King’s Cross et Saint Pancras (immanquable pour tout fan de Harry Potter), le Monument Bridge et Picadilly Circus. Que de moments d’émotions…

4 – Le musée d’Histoire naturelle

DSC_0456L’une de nos meilleures découvertes du séjour fut vraisemblablement celle du Natural History Museum, aussi beau à contempler de l’intérieur comme de l’extérieur. Les collections sont en plus très intéressantes. Je pense qu’on pourrait facilement y rester une demie-journée complète.

5 – Le marché de Camden Lock

DSC_0606Nous avons adoré nous perdre dans le dédale des ruelles de Camden Lock, marché hyper éclectique et à l’ambiance complètement déjantée. Cette matinée à Camden nous aura permis de casser un peu le rythme et de nous plonger dans une atmosphère très différente du reste de Londres. Que ce soit pour acheter, manger ou simplement se promener, c’est définitivement une étape à ne pas manquer.

6 – L’atmosphère so British

DSC_0387Enfin, tout simplement, c’est le charme de Londres qui nous a plu. Il y a un truc vraiment authentique dans cette ville, un quelque chose qui fait qu’on s’y sent bien et qu’on a envie d’y rester. Parcourir Londres à pieds (ou en bus à impérial) est un vrai délice : les couleurs, les gens, le fourmillement de la ville (beaucoup moins oppressant qu’à Paris ou à Lyon), la beauté des rues, les boutiques ultra chics, les petits détails incongrus, le patrimoine si caractéristique… Un je ne sais quoi de foncièrement British qui nous a entièrement conquis. Et il n’y a pas à dire : passer pour la première fois devant Big Bend, Buckingham Palace ou encore le Tower Bridge ça fait toujours son petit effet.

Malgré tout, quelques moins…
L’auberge de jeunesse en couple

DSC_0507Un regret quant à l’hébergement qui ne nous aura permis, à aucun moment du voyage, de nous reposer pleinement. Cela nous a fait prendre conscience de l’importance d’avoir un minimum d’intimité en voyage : sans cela, la fatigue est non seulement physique mais aussi mentale car on ne se comporte pas de la même manière quand on est seuls que quand on cohabite avec des gens inconnus, surtout en couple ! Cela ne pose peut-être pas de problème à certains, mais pour nous, ça n’a pas été évident. Pourtant, je pensais être tout à fait capable de faire l’impasse là-dessus pendant le peu de jours que nous avions programmés. Comme quoi, le voyage permet vraiment de se découvrir un peu plus. Et puis finalement, il est difficile de réellement savoir quelle façon de voyager nous convient le mieux tant qu’on ne les a pas toutes expérimentées.

Par ailleurs, le faible nombre de jours passés sur place et surtout la fatigue, nous a empêchés d’aller plus au devant des gens. Souvent, à l’auberge, nous étions tellement éreintés que nous n’avions pas la force ni l’envie de nous attarder auprès de nos colocataires ou des autres personnes présentes dans les nombreux lieux de sociabilité de notre auberge. Clairement, ce n’était pas le séjour sur lequel on devait compter pour se faire des potes.

Le Fish and Chips, très peu pour nous…

DSC_0596Nous ne nous étendrons pas sur l’aspect culinaire. Mis à part l’écœurement ressenti à l’encontre des (trop) nombreux Fish and Chips, il nous est impossible de donner d’avis objectif concernant la qualité de la nourriture à Londres. Globalement, les petits snacks que nous avons pris là-bas avaient tous un goût bizarre, très industriel, y compris les boissons (Aurélien a notamment expérimenté un soda au goût très prononcé de médicament). Là-dessus, on doit l’avouer, nous n’attendions qu’une chose : retrouver notre bonne bouffe française. La plupart des aliments que nous avons pu manger sur place n’étaient pas spécialement bons – mis à part les waffle du marché de Noël – mais ce n’est absolument pas représentatif dans la mesure où nous n’avons pas expérimenté de vrais restaurants dignes de ce nom. Le budget ne nous le permettait pas et nous n’avions pas envie de nous prendre la tête. Nous sommes cependant certains – d’après les retours que nous avons eu de personnes ayant vécu sur place – qu’il est tout à fait possible de bien manger à Londres.

Conclusion :

DSC_0216

Bien qu’épuisés, nous sommes rentrés enchantés de notre séjour à Londres : nous avons profité pleinement de chaque journée là-bas, jusqu’à nos dernières limites contre la fatigue, la douleur et le froid. Nous sommes revenus avec plein d’images, de souvenirs et de péripéties en tête.

C’était notre premier voyage à l’étranger, seuls tous les deux. Cela nous a permis de nous rendre compte que nous étions capables de nous débrouiller (malgré notre maladresse, nos étourderies et notre manque absolu de sens de l’orientation), et ce, sans trop nous prendre la tête. Ce fût aussi un moyen de me rassurer quant à mon niveau d’anglais : même si j’ai encore d’énormes progrès à effectuer, la langue reste très accessible et j’ai réussi dans l’ensemble à comprendre et à me faire comprendre.

Special Thanks à Google Map qui a sauvé notre séjour. Sans lui, nous n’aurions pas vu ni fait la moitié de ce qu’on a réalisé pendant ces trois jours car nous aurions été trop occupés à nous perdre…

Evidemment, en trois jours il nous aura été impossible de voir tout ce qu’on voulait. Voici donc une excuse bien connue et toute trouvée pour m’amener à cette conclusion :

Londres ? Quand est-ce qu’on y retourne ?

lignesc3a9paratrice

Si vous n’avez pas encore lu mon récit sur notre séjour à Londres, ça se passe ici ! Histoires de glandus garanties !

cropped-279dd6f6-466a-4dfa-8056-7cb355fc1a19-2.png