Confluence : le quartier tendance…


…Ou comment faire un grand écart architectural entre le passé et le futur en quelques stations de tramway.

Marre de Part-Dieu et de son écrasante verticalité ? Pas d’inquiétude, Confluence vous ouvre ses portes. Ce quartier se situe – comme son nom l’indique très justement – à la confluence du Rhône et de la Saône, sur la pointe de la Presqu’île de Lyon. Et oui, depuis les années 2000 il y a encore quelque chose à voir et à faire « au-delà des voûtes » de la gare Perrache. Auparavant, le quartier tout au sud de la Presqu’île n’était composé que de friches, d’entrepôts et d’un port industriel – le port Rambaud. Autant vous dire que ce n’était pas l’endroit le plus funky de Lyon, ni le plus fréquenté. Même le métro ne s’est pas donné la peine d’aller jusqu’ici. C’est donc le tram qu’il vous faudra emprunter pour rejoindre cet ancien secteur industriel, aujourd’hui transformé en un écoquartier branché. Et dans cet article, je vous livre quatre raisons majeures pour lesquelles vous voudrez faire ce déplacement.


1 – Le Centre commercial

DSC_0246Première raison d’aller à Confluence : nouveau centre commercial. Les Lyonnais y retrouvent plusieurs de leurs enseignes favorites : Starbuck, Burger King, UGC… Si le centre est bien plus petit que celui de Part-Dieu, il a toutefois l’avantage de sentir le tout neuf. L’ambiance y est plus tendance, l’architecture est dans l’ère du temps, très… contemporaine. Le seul petit hic : en hiver, n’espérez pas vous y rendre dans le but de vous réchauffer. Le bâtiment a en effet été conçu de façon à laisser une ouverture entre le toit et le reste de l’édifice. Il s’agissait de donner un côté « aérien » à l’architecture, pour que les gens ne se sentent pas opprimés dans l’espace confiné que peut représenter un centre commercial (n’avez-vous jamais vécu cette suante épreuve du samedi après-midi en période de soldes ?). Du coup, pari réussi : en plus d’être plus respirable, le centre commercial Confluence est donc franchement design, quoique moins chaleureux que son confrère Part-Dieu…

Tous les renseignements au sujet du Centre commercial ici.

 

2- Le Musée des Confluences

DSC_0239Confluence, c’est aussi un musée. Communément surnommé le « nuage » pour son architecture très… nuageuse (oui ils aiment décidément le côté « aérien » ces architectes contemporains), le musée se dresse de façon surprenante à quasi équidistance du Rhône et de la Saône. Les plus sceptiques y verront là une chose difforme, complètement indéfinissable. C’est quoi ce truc ? Un musée ?? Construit en 2014, ce « nuage » aux allures futuristes propose aux visiteurs de se plonger, de manière très contemporaine, dans le passé et l’histoire des hommes depuis leurs origines, à travers quatre expositions permanentes. Le musée propose également, tout au long de l’année, de multiples expositions temporaires.

DSC_0236Tous les renseignements au sujet du Musée ici.

 

3 – La culture en première ligne

DSC_0223Bien que le Centre commercial et le Musée soient des créations de toutes pièces, Confluence, c’est avant tout un quartier réhabilité. L’industrie a presque entièrement laissé place à la culture et au tourisme. La plupart des bâtiments ont été restaurés ou adaptés pour de nouveaux usages. Le port industriel s’est reconverti afin d’accueillir les navires de commerces, ainsi que les bateaux de croisière et le Vaporetto, navette fluviale touristique qui permet de traverser la Saône jusqu’au quartier du Vieux Lyon. De même, l’ancienne usine de la Sucrière sur les docks accueille aujourd’hui de nombreux événements ou expositions culturelles, dont la Biennale d’art contemporain de Lyon. Enfin, autre exemple de réhabilitation : la création d’un food-hall dans un ancien hangar de 600m², sur le quai Perrache.

4 – L’architecture futuriste

DSC_0217Des bâtiments à l’architecture toujours, encore une fois, très contemporaine, et aux noms qui attisent tout de même une franche curiosité (« Le Monolithe », « le Cube Orange ») y ont été construits afin d’accueillir logements et bureaux dont ceux de certaines grandes entreprises telles que GL Events ou Euronews. Le design général du quartier a reçu un avis mitigé. Nombreux ont été les esprits perplexes et déconcertés face à la découverte de ces étonnantes structures déstructurées, tantôt transparentes ou fluo, tantôt verticales ou horizontales, tantôt rectangulaires ou cubique, tantôt les deux… Mais malgré la totale incongruité des lieux, il faut indéniablement saluer son ambitieuse originalité. Finalement, on peut dire que ça marche : tout le monde a envie d’aller voir à quoi ressemble cet endroit si différent, si décalé de tout ce qu’on connaît de Lyon.

DSC_0230DSC_0245DSC_0256Voilà donc un quartier recomposé de façon cohérente et ultra moderne, en harmonie avec la nature qui l’entoure ; un bel exemple d’aménagement du territoire selon les attentes d’aujourd’hui et de demain. Et si l’affluence dans les années 2000 n’a pas été fulgurante, elle n’en était pas moins réelle.

Finalement Confluence, c’est devenu plutôt tendance. Reste à voir si le pari de cet écoquartier va continuer de fonctionner à long terme.

lignesc3a9paratrice

Et je vous raconte ma vie…

DSC_0222–> Je suis allée deux fois au Musée des Confluences, que j’apprécie beaucoup, et quelques fois au Centre commercial. Cependant, Confluence est loin. Très excentré, exclu du métro, le quartier n’est pas aussi facile d’accès que Part-Dieu. Toutefois, il est toujours plaisant de s’éloigner un peu du centre d’affaires et, faute de changer d’air, changer de décor.

–> En ce qui me concerne, je ne suis pas ultra fan de l’architecture des lieux, mais l’ambiance écolo-futuriste qui s’en dégage est plutôt sympa. C’est vraiment à voir, et puis on s’y habitue.

–> Il est très agréable de se balader tranquillement dans le quartier, en remontant le quai Rambaud ou en flânant sur la Place nautique ou dans le parc de la Confluence.

–> Il existe également une patinoire à Confluence – la Patinoire Charlemagne – que je n’ai pas encore eu le loisir de tester !

lignesc3a9paratrice

Petit guide pratique pour se rendre au quartier Confluence

IMG_5737

–> Pour rejoindre Confluence, le plus simple est de prendre le Tram T1 et de descendre soit à l’arrêt « Hôtel de Région – Montrochet » si vous désirez commencer par le Centre commercial, soit à l’arrêt « Musée des Confluences », si vous voulez d’abord faire une petite pause culturelle.

–> Le bus S1, qui part de Saint-Paul, s’arrête sur le quai Rambaud.

–> Plusieurs stations Vélo’v sont également à votre disposition : à la Patinoire, à l’Hôtel de Région, vers les Docks, à Confluence-darse et au Musée des Confluences. Le quartier est rendu très accessible grâce à la piste cyclable qui longe tout le Cours Charlemagne.

–> Si vous êtes d’humeur sportive, ne pas hésiter à marcher. Si vous prenez le métro A, arrêtez vous au terminus, à Perrache, et rejoignez le quartier Confluence à pieds. Cela vous prendra quelques minutes, mais vous passerez par d’autres points intéressants comme les Archives municipales ou l’église Sainte-Blandine.

–> Enfin, il y a l’option touristique : la navette fluviale Vaporetto, qui relie Saint-Paul à la Confluence en une demie-heure. Le transport coûte 5 euros et on peut l’emprunter de mars à mai et d’octobre à décembre, tous les jours de 10h à environ 21h. Un départ est prévu toutes les heures. Pour plus d’informations, voir ici

lignesc3a9paratrice

Et vous ? Connaissez-vous le quartier Confluence ? Quelles impressions en avez-vous ? Dites-moi tout en commentaires ! 😉

cropped-279dd6f6-466a-4dfa-8056-7cb355fc1a19-2.png